Fondez futé

Blog

Grâce au nombreux entretiens passés avec des entrepreneurs, nos juristes, agents fiduciaires et conseillers savent quels sont les problèmes qui vous préoccupent. Vous trouverez les réponses aux questions les plus fréquentes sur notre blog.
Naviguez à travers les différents thèmes grâce au classement par catégories.

Financement des start-ups : le financement hybride- la solution à tous les problèmes ?

Le financement est souvent un défi majeur pour les jeunes entreprises. Outre l’emprunt, il est également possible d’obtenir des capitaux propres en émettant des actions de la société. Mais pourquoi choisir une seule option ? En pratique, les fondateurs choisissent souvent des formes de financement hybrides.

Si les créateurs d’entreprises veulent prendre un bon départ avec des idées innovantes, ils ont généralement besoin du soutien financier des investisseurs. Il existe la possibilité d’emprunter et/ou de prendre des fonds propres ou de choisir un financement dit hybride. Le financement hybride est une forme d’investissement qui présente les caractéristiques du financement par emprunt et par capitaux propres. Il existe différentes variantes de financement hybride.

Actions à droit de vote privilégié

Les actions à droit de vote privilégié sont des actions qui confèrent à leurs détenteurs des droits financiers préférentiels. Ils bénéficient d’un traitement préférentiel par rapport aux détenteurs d’actions ordinaires. Par exemple, ils reçoivent un dividende plus élevé, le dividende privilégié, ou ont la priorité en cas de liquidation. Si, en cas de faillite, il reste du capital après le règlement des dettes des créanciers, les détenteurs d’actions privilégiées sont donc les premiers à être indemnisés. Pour les investisseurs dans les start-ups, les actions à droit de vote privilégié sont intéressantes car leurs risques financiers sont mieux couverts qu’avec des titres de participation classiques. En outre, les intérêts des parties peuvent être mieux pris en compte. En effet, alors que les investisseurs sont principalement intéressés par le succès financier, les fondateurs veulent avoir un pouvoir de décision dans la start-up. Si les investisseurs reçoivent des actions à droit de vote privilégié et les fondateurs des actions ordinaires, les deux parties sont gagnantes.

Parts d’actions et de prêts

La levée de capitaux peut être optimisée par le fait que les investisseurs ne se contentent pas de souscrire des actions (fonds propres) mais accordent également un prêt en même temps. Par exemple, un prêteur s’engage à acheter des actions d’une valeur de 100 CHF et à accorder en même temps à l’entreprise un prêt du même montant. Ce type de placement est intéressant pour les investisseurs car, en cas de succès, ils profitent de l’augmentation de la valeur de la start-up grâce aux actions et, si les affaires vont mal, ils reçoivent au moins les intérêts sur le capital emprunté. Pour les fondateurs, cette forme de financement présente l’avantage de recevoir beaucoup de capital en une seule fois, mais de ne pas devoir payer autant d’intérêts qu’avec un financement par emprunt complet, ni de devoir renoncer à autant de droits de vote qu’avec un financement complet par actions.

Options et obligations convertibles

Si des droits d’option ou des obligations convertibles sont émis, les investisseurs accordent un prêt à la start-up et reçoivent en retour le droit de souscrire des actions en plus du paiement des intérêts (emprunt à option) ou de convertir le prêt existant en actions ou en participations (emprunt convertible). Une telle méthode présente l’avantage pour les fondateurs de pouvoir fixer des prix relativement élevés pour l’exercice des droits d’option ou de conversion. Les investisseurs, en revanche, reçoivent un taux d’intérêt minimum garanti en structurant le financement sous forme de prêt et sont mieux sécurisés en cas de liquidation. En cas de faillite, ils récupèrent leur argent avant les investisseurs en capitaux propres. Si l’entreprise se développe bien, les investisseurs peuvent faire usage de l’option ou des droits de conversion.

Prêts subordonnés

Les prêts subordonnés sont des prêts dans lesquels le prêteur accepte de subordonner sa créance à celle des autres créanciers en cas de faillite. En cas de faillite, les prêteurs normaux récupèrent donc leur argent en premier, puis le prêteur subordonné et, s’il reste des fonds, les actionnaires. Cela signifie un risque plus élevé pour l’investisseur. Les prêts subordonnés ont l’avantage d’être traités comme des fonds propres lors du constat de surendettement. Toutefois, les investisseurs ne seront disposés à accorder un prêt subordonné que s’ils sont rémunérés par un taux d’intérêt plus élevé que celui des prêteurs normaux.

» Startups.ch » Rédiger son Business plan

Vous envisagez de créer votre propre entreprise? STARTUPS.CH est le leader dans le domaine de la création d’entreprises en ligne. Nous mettons à disposition des nouveaux fondateurs des conseils personnalisés, ainsi qu’une plateforme de création d’entreprises en ligne professionnelle.

Apprenez en plus ici au sujet des 6 raisons pour lesquelles vous devriez fonder votre entreprise par le biais de STARTUPS.CH.

Nouveau commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *